Nouvelle Identité

Mon interprétation de la peinture à lire ci-dessous

Peintre : Nathalie Montel

© Nathalie Montel – Tous droits réservés

1962031nathalie montel_614808555264503_566913612_o.jpg

En ce jour, je choisis cette merveille de la pétillante artiste Nathalie Montel, qui m’entraîne dans un cortège d’instants chantants et de surprises étourdissantes. Aussi, je décide, le temps d’un instant privilégié et magique, d’entrer dans la «toile» et d’en faire ma demeure… Les visiteurs de ce lieu, dépouillés de leurs «anciens vêtements», s’éveillent de leur sommeil millénaire et l’on devine aisément l’émergence d’une nouvelle réalité. Des milliers d’étincelles signalent leur passage dans cette contrée joyeuse où le bleu flirte avec le jaune, où le Cristal translucide épouse l’Eau en gerbes désaltérantes. Les voyageurs ajustent les structures de leur Nouvelle Identité, attentifs aux «éclairages» imprévus de l’Essence de Vie Souveraine et Intégrale, qui dévoile un parfum floral aquatique, au sillage boisé ; ils chevauchent gaiement les ondulations dues à la mouvance des eaux, avec la grâce de surfeurs survolant les vagues et découvrent que le pays sévère de la peur n’est donc pas le seul existant ! Dans cet espace au splendide «plancher» éclaboussé de lumière, un îlot de l’Humanité future apparaît sur la mer du passé. L’artiste peintre a su trouver les couleurs capables de dépeindre la beauté svelte et délicate de ses membres, tout en y juxtaposant le sentiment invisible d’une intimité presque mystérieuse, dans le silence de l’aube. Je laisse une seconde mon regard s’élever au-dessus des fontaines odorantes et je me surprends à penser à des abeilles, qui sortant du calice d’une fleur, s’envolent toutes ouatées du «soleil» jaune des étamines…
Merci, merci, merci à la prestigieuse artiste Nathalie Montel pour cette peinture aux «artères» palpitantes de brillance et d’énergie, qui a le pouvoir de libérer toutes limitations du passé…

Nathalie Montel sur Facebook

Son site : http://www.nathaliemontel.com/

Voir l’article sur Facebook

Publicités

Quatre Saisons

Mon interprétation de la peinture à lire ci-dessous

Peintre : Ismaël Costa

© Ismaël Costa –Tous droits réservés

11026329Ismael Costa peintre_1067030389982176_2834758516636037575_n.jpg

Aujourd’hui, je pars à la rencontre du talentueux Artiste Ismaël Costa dont l’émotion, l’originalité, la sensibilité caractérisent l’ensemble de ses œuvres… Et je suis tombée en extase devant la beauté de cette toile ! L’on dit que les tableaux vivent par ceux qui les regardent, mais ils naissent par ceux qui leur donnent «Vie» ! Sans les Créateurs, point de Créations ! Et ce chef d’œuvre, véritable leçon de poésie, déborde précisément de VIE…
J’entre dans cette peinture comme j’entre dans une « Forêt Cathédrale » propulsant simultanément les Quatre Saisons, le temps qui passe, sous une musique «vivaldienne» et la muse couleur du temps, bouleversante d’expression, me montre la Forêt qui change en permanence… Je sens ses pulsations, j’établis un humble et étrange dialogue avec elle. De la voir sublimée de la sorte, comme un hymne à la joie éclatante, avec sa «charpente lumineuse», ses «circuits cellulaires», ses racines généreuses entrelacées dans les profondeurs, et son cœur chaleureux, c’est comme «devenir» soi-même l’Arbre caché sous un rideau d’arbres… C’est ressentir la connexion de ses propres racines avec la Terre, c’est être pleinement là dans le présent, et c’est aussi «pousser ses branches» pour élargir son champ de vision… D’intenses sensations forestières envahissent la toile, je sens mes mains frôler les écorces d’arbres centenaires et j’entends des murmures dans les branchages…
Un immense MERCI à Ismaël Costa, grand artiste, qui a su faire surgir «L’Esprit de la Forêt» en trempant ses pinceaux dans la Lumière… Je lui dédie cette citation de Jean Giono : «Toutes les salles de la forêt, tous les couloirs, les piliers et les voûtes, silencieusement éclairés, attendaient. De tous les côtés on voyait les profondeurs magiques de la maison du monde.»

Ismaël Costa sur Facebook

Le site de Ismaël Costa

Voir l’article sur Facebook

Soulèvement

Mon interprétation de la peinture à lire ci-dessous

Peintre : Jean-Yves LAUTRéDOU

© LAUTRéDOU –Tous droits réservés

14-0500.JPG

De retour, avec toujours autant de plaisir, vers le génial artiste Jean-Yves LAUTRéDOU… Lorsque je me penche sur cette peinture, plusieurs images closes se superposent dans mon esprit… Tout d’abord, un cri immergé dans le flux des profondeurs où il chante à l’extrême son Silence, s’écoulant doucement, discrètement, continûment ; comme un «nuage-temps» figé sur les flancs argentés et lisses, une passerelle de non-attachement, une paix qui arrive lorsque l’on cesse de s’accrocher, une vibration sonore, un «silence parlant» qui supprime toute sensation parasite… Mon attention se porte maintenant sur la partie haute du tableau et voici que je me retrouve face à ce qui s’apparente à une «montagne liquide» phénoménale à la puissance «salée», une décharge de peur glacée ! La vague scélérate, vertigineuse, jailli de nulle part, la «terreur des océans» à laquelle on ne s’attend pas ! Ce chaos d’eau bouillonnante, aux «couloirs encombrés» semble exercer une poussée gigantesque sur le ciel obscur, telle la cadence d’un peuple entier qui se soulève et qui gronde… Il me plaît à imaginer que cet immense mur d’eau en forme de très gros dirigeable s’est formé par l’activation d’un «passage interplanétaire» caché au fond des mers ; l’imagination, c’est l’imagination !
Un immense MERCI à Jean-Yves LAUTRéDOU. Avec lui, Tout est «Voyage»… Je n’ai qu’à m’installer et assister au spectacle.

Le site de Jean-Yves LAUTRéDOU

Voir l’article sur Facebook

Promesses

Mon interprétation de la peinture à lire ci-dessous

Peintre : Caro SainVire

© Caro SainVire – Tous droits réservés

17904477_caro SaintVire666943683473342_405228239373350825_n.jpeg

Aujourd’hui, je décide de mettre à l’honneur la belle artiste Caro SainVire, en choisissant ce chef-d’œuvre éblouissant de promesses radieuses… Dans le ciel éclaboussé, un «vaisseau» gigantesque s’élance… Sur ses mâts, se dressent les porteurs de rêves fantastiques ; soulevé par une immense vague rose à l’ardeur impatiente, il déchire le fuyant horizon. Cette vague, à la fierté audacieuse, animée d’une vie supérieure, chante sa puissance retrouvée. C’est un jour tendre, où l’on s’éveille sans chagrin, les yeux écarquillés, tournés vers le «ciel océan» aux voûtes généreuses et mystérieuses… Face à ce chef-d’œuvre, je ressens la caresse de l’eau sur le sable, la clarté sur les eaux «froissées» l’empreinte ineffaçable aux frissons délicieux, je ressens l’Aurore d’un Bonheur durable !
Un grand Merci à Carol SainVire, pour la beauté de cet ultime…

Caro SainVire sur Facebook

https://www.saintvire.com/

Voir l’article sur Facebook

 

 

Récit Intime

Mon interprétation de la peinture à lire ci-dessous

Peintre : Olga Kourzina

© Olga Kourzina – Tous droits réservés

13230214_olga Kourzina art1162123673819138_2018774313997215992_n.jpeg

De retour vers Olga Kourzina, cette artiste de grand talent, dont je salue les œuvres, d’une beauté exquise. Mon choix se porte aujourd’hui sur ce chef-d’œuvre en noir et blanc, au symbole fort et à l’esthétique épurée, dont le récit intime dégage quelque chose de fondamentalement tendre et poignant. Un dialogue s’établit instantanément entre l’œuvre et celui qui regarde par une notion de «reliance» qui interpelle au plus profond de soi… D’autant plus que la séquence gestuelle du personnage féminin, dont on se demande quel est son questionnement, attire par cette intériorisation et l’on aimerait déchiffrer les mystères qui l’entourent, dans cette atmosphère si particulière. C’est bien un voyage que nous propose Olga Kourzina, un voyage intérieur, une incitation à la réflexion profonde, par une recherche méticuleuse qui entraîne l’esprit très loin en soi. Ce corps qui se réfugie en son centre, accentué par la force du noir, isolé du reste du monde, aspire à une vérité et une force profondément enfouies… Si l’on possède la générosité d’être attentif à ce visuel suggéré, l’on y puise toute la puissance de l’introspection et la capacité d’entrer prodigieusement de l’autre côté de l’ombre, là ou se trouve cette forme d’ouverture qui évite de se perdre définitivement… Et de dépasser l’emprisonnement pour s’orner de liberté…
Un immense MERCI à Olga Kourzina, pour cette exploration picturale extraordinaire drapée d’une sonorité émotionnelle très forte. Je dédie à cette belle artiste la citation suivante : « Il y a un temps où ce n’est plus le jour, et ce n’est pas encore la nuit. Ce n’est qu’à cette heure-là que l’on peut commencer à regarder les choses, ou sa vie : c’est qu’il nous faut un peu d’obscur pour bien voir, étant nous-mêmes composés de clair et d’ombre». Christian Bobin

Olga Kourzina sur Facebook

Voir l’article sur Facebook

 

 

Au-delà des Apparences

Mon interprétation de la peinture à lire ci-dessous

Peintre : Jean-Yves LAUTRéDOU

© LAUTRéDOU –Tous droits réservés

14-0489.jpg

Lorsque je contemple le chef d’œuvre de l’incomparable et magistral artiste Jean-Yves LAUTRéDOU, avec sa «griffe» si personnelle et si originale, ma première perception m’oriente au-delà des apparences, et je me sens happée, «téléportée» délicatement… derrière le rideau d’eau en trompe-l’œil, où se dissimule une sorte de cavité ou crypte secrète, un endroit rare, difficile à détecter, où se trouve la clé des secrets enfouis…
Tout d’abord, plein phare sur «l’édifice» de ce tableau, où les teintes jouant à «cache-cache» apportent une élégance rare à l’ensemble de l’œuvre… En effet, ce fond «blanc rosé» très pâle dévoile toute la «sonorité» des ondes invisibles, révélatrices du génie de l’artiste ; associé aux contrastes « haut de gamme» que renvoie la couleur noire, accompagnée de gris intermédiaires, la posture esthétique de l’œuvre est décuplée et séduit immédiatement… La puissante chute d’eau, telle une tenture lardée de couleurs rouges sombres, m’enflamme de sa trame ; les belles et grosses gouttes perlées s’en vont par ricochet se perdre à des distances inestimables… Mon regard navigue de l’eau à la terre et de la terre à l’eau, complètement captivé par ce mur d’eau drapé de lumière effilochée… Puis des «images visiteuses» apparaissent en transparence sur le miroir d’eau, évoquant tantôt des dentelles de givre, tantôt les ailes déployées d’un danseur en pleine grâce, tantôt un majestueux saule pleureur aux branches longues et pendantes, dont la chevelure de feuilles effilées dessine de mystérieuses ombres chinoises… Univers fantasmagorique encodé de symboles en tous genres aux informations précieuses et bienveillantes… Et pour faire manifester ce qui est latent, l’artiste, aux prestigieux coups de pinceaux, dépose sa touche finale en une «grappe» colorée, où le jaune, le vert et le bleu s’étreignent dans une promesse de tendresse saisissante… A travers ce chef d’œuvre, le peintre nous invite à soulever le voile phénoménal de l’illusion, à découvrir la «ligne de faille», celle qui nous empêche de remettre la perception de notre réalité en cause…
Un immense MERCI à Jean-Yves LAUTRéDOU, dont les œuvres recèlent une esthétique sans pareil, un «sceau» inimitable, un «chic» incontestable, une «classe» remarquable…

Le site de Jean-Yves LAUTRéDOU

Voir l’article sur Facebook

Petit message informatif…

Un petit mot, en passant, par respect pour les peintres et pour les textes que je leur ai consacrés, sur ce blog et sur ma page Facebook Raconte-moi ta peinture.
Je viens de m’apercevoir qu’une personne, dont je tairai l’identité, commente en son propre nom des œuvres d’artistes (sur leurs pages Facebook et sur sa page personnelle) en copiant de larges extraits de mes textes mot à mot.
J’en suis flattée mais par respect pour les artistes pour lesquels j’ai écrit ces textes, il me semble qu’il convient de vous prévenir.
Je ne me sens aucunement atteinte personnellement, mais ma vie est guidée par le respect à tous les niveaux…